Epouse exige son plan à trois FHH

“Alors, qu’en penses-tu ?” m’a demandé ma femme.

“Je ne suis pas sûr. Je ne pense pas être entièrement heureux à l’idée qu’un autre homme baise la femme que j’aime.” J’ai répondu.

Nous étions enlacés dans le lit et venions d’avoir l’une des conversations les plus étranges de notre vie de couple jusqu’à présent. Cassie, ma femme depuis 4 ans, avait lancé une discussion sur les fantasmes en me demandant si j’en avais d’inassouvis. Bien sûr, j’en avais, mais il semble qu’elle avait une arrière-pensée en demandant, à savoir révéler les siens. Mon épouse, je venais de le découvrir, avait un désir brûlant pour un plan à trois. Il se trouve que moi aussi, et étant bi, je ne me soucie pas trop de savoir si c’est une fille ou un gars, mais d’une certaine manière, je pensais qu’un autre gars me donnerait du plaisir, pas ma femme. Il était clair, d’après ce que ma femme disait, qu’elle avait envie d’une autre queue que la mienne, mais qu’elle voulait que je sois présent et, de préférence, que je participe.

“Aw, allez Steve, tu sais déjà que tu n’étais pas le premier. N’aimerais-tu pas voir une bite dure me pilonner comme tu le fais ? Et si ça marche, on pourrait essayer d’autres choses…”

Elle a posé sa tête sur ma poitrine et m’a regardé dans les yeux, avec cette expression qui me fait fondre à chaque fois. Je suppose qu’on pourrait appeler ça des “yeux de chiot”. C’est sa façon presque infaillible d’obtenir ce qu’elle veut. Ça et le fait que sa main avait trouvé le chemin de ma queue qui se raidissait et qu’elle exerçait sa magie sur moi.

“Je suppose. Mais je ne sais pas comment on va trouver quelqu’un.” J’ai répondu.

“Laisse-moi faire, mon coeur. J’ai une idée ou deux.” Et elle a disparu sous les couvertures et a commencé à m’emmener au paradis avec sa bouche talentueuse. Je me suis dit que la personne qui nous rejoindrait passerait un bon moment…

Environ une semaine plus tard, Cassie est rentrée du travail, tout sourire et avec un regard espiègle dans les yeux qui signifiait qu’elle avait préparé quelque chose. C’est le regard qu’elle a quand elle écarte les jambes devant moi et qu’elle fait son show le plus intime, pendant que je me masturbe doucement. Mon Dieu, j’adore quand elle fait ça pour moi, qu’elle joue avec sa chatte et qu’elle se met à jouir. On a tendance à faire ça pendant qu’elle est allumée. Je n’ai jamais été du genre à faire l’amour pendant que ma femme a ses règles, c’est un vrai dégoût pour moi.

“Nous avons un invité pour le dîner ce soir, amour.” Je savais ce qui allait se passer. “Tu connais Carl du travail ?” Oui, on s’était rencontré à la fête de Noël de son entreprise. Un mec sympa mais je me souviens avoir pensé qu’il ne pouvait pas détacher ses yeux de Cassie.

“Ah oui, c’est vrai. A quelle heure ? Je lui ai demandé.

“Vers 8 heures. Il apporte le vin.”

“Est-ce que c’est ce que je pense ? Avez-vous arrangé ce dont nous avons parlé l’autre soir ?”

“C’est possible. Cela dépend de vous et de lui. Pour lui, c’est juste un dîner, mais si vous êtes d’accord, on peut passer à la chambre.”

“Comment savez-vous qu’il est intéressé ?”

“Eh bien, je le sais de source sûre…”

“Ce sera Kate, alors.” J’ai interjeté. Kate était la meilleure amie de Cassie au travail et je sais qu’elles parlaient de tout.

“OK alors, je sais d’après Kate qu’il a dit à quelques gars qu’il aimerait me pencher sur la photocopieuse et me prendre par derrière. Mais il a de l’intégrité et ne baiserait pas avec une femme mariée.”

“Mais pas assez pour arrêter de les reluquer aux fêtes de Noël. Et excuse-moi, tu seras toujours mariée quand il arrivera.”

“Ouais, mais tu seras là aussi donc ça pourrait être bon.”

Elle a commencé à m’expliquer le plan. Le prétexte pour sa venue était une idée de business qu’elle voulait lui soumettre. Carl devait arriver, je devais prendre son manteau pendant qu’elle lui faisait visiter la maison. Cassie avait l’intention de ne pas porter de culotte et, en entrant dans la cuisine, de faire tomber quelque chose, de se pencher pour le ramasser et de donner à Carl un aperçu de sa chatte. Pendant ce temps, j’étais censé enregistrer sa réaction. Par la suite, nous l’avons joué à l’oreille. Il y a de fortes chances que nous n’allions pas jusqu’au dîner.

À environ cinq à huit heures, Carl est arrivé. Le plan a été mis en œuvre et j’ai pris son manteau. Cassie a fait le tour et l’a conduit à la cuisine. En entrant, elle a pris le gant du four pour “vérifier le dîner” et l’a laissé tomber. Elle s’est penchée de façon provocante pour le ramasser, exposant ses lèvres déjà humides.

“Ça sent bon.” Carl a dit en se tournant vers moi, manquant ainsi complètement le spectacle mis en place entièrement pour lui. “Qui est le cuisinier, toi ou ta femme.”

“Cassie est le vrai chef, mais je peux préparer un bon repas chinois si j’en ai la chance.” J’ai répondu en essayant de ne pas sourire de la frustration de Cassie.

Eh bien, je peux vous dire qu’essayer de ne pas rire était le thème de la soirée pour moi, car tout au long du dîner, toutes les tentatives de Cassie pour attirer une réaction de Carl ont échoué complètement, et tout ce qu’elle faisait, il semblait ne pas le remarquer. Elle avait utilisé tous les trucs que je savais qu’elle avait dans son arsenal et quelques uns que je ne connaissais pas. Chaque fois qu’elle montrait un petit sein ou une petite chatte, il regardait ailleurs. Chaque commentaire suggestif n’était pas entendu. Chaque tentative d’orienter la conversation vers le sexe tombait à plat car Carl revenait sans cesse sur le sujet du travail. Je résistais à l’envie de pouffer de rire alors qu’elle était de plus en plus frustrée.

Le dîner s’est terminé et je l’ai aidée à débarrasser la vaisselle. Carl nous a suivis avec son verre de vin maintenant vide.

“Je vais juste aller aux toilettes avant de partir. C’était une très bonne soirée.” Carl a dit en tendant son verre à Cassie avant de sortir vers les toilettes du bas.

“Un type sympa. Il peut venir dîner à nouveau.” Je lui ai dit à travers mes ricanements pendant qu’on chargeait le lave-vaisselle.

“Tu as été d’une grande aide. Assis là, souriant comme un putain d’idiot. Il va penser que tu es simplet”, m’a-t-elle répondu. Je me suis dit “tétanisé”.

“Que voulais-tu que je fasse ? Que je lui sorte sa bite et que je dise : “Je dis, chérie, que c’est un gros morceau”. Tu veux sauter dessus et chevaucher son vieux pote jusqu’à la fin des temps ?” Elle m’a lancé un regard glacial. “Écoute, bébé, c’est manifestement pas censé se faire. Il ne capte aucun signal. Tu n’aurais pas pu être plus direct”

“C’est ce qu’on va voir, putain !” rétorque-t-elle en claquant le lave-vaisselle et en sortant en trombe de la cuisine au moment où Carl sort des toilettes. “Carl, ça te dirait de me baiser maintenant ?”, a-t-elle demandé à un Carl étonné. D’ailleurs, ma mâchoire a touché le sol aussi. Ça, c’était direct !

Carl n’a pas répondu mais a regardé dans ma direction. J’ai simplement haussé les épaules.

“Le fait est, Carl, que je t’aime comme un damné. Depuis longtemps, et j’aimerais que tu me baises comme un fou. Toi et Steve ensemble.”

Carl a balbutié “Quoi… mais…”

“Je vais prendre ça pour un ‘oui'” a dit Cassie, a attrapé Carl par l’arrière de la tête et a enfoncé sa langue dans sa gorge, tout en attrapant son entrejambe. Elle a rompu le baiser (plutôt une tentative de le dévorer) et l’a pratiquement traîné dans le salon.

J’ai senti qu’une sorte d’explication était nécessaire et je les ai rejoints.

“Carl, ce n’est pas mon idée, honnêtement ! Mon épouse a un fantasme sur un plan à trois et elle t’a choisi. Ça a un rapport avec le fait que tu as dit que tu voulais la baiser au-dessus de la photocopieuse.” J’ai dit. Carl est devenu écarlate. “C’est ta décision. Je suis bien de toute façon.”

Carl a répondu en embrassant correctement ma femme et en laissant lentement sa main remonter le long de sa jupe jusqu’à sa chatte. Je dois admettre que j’étais excité, et je pouvais voir que Carl l’était aussi, sa bosse le trahissait.

“Putain ! Pas de culotte !” Carl a dit, ses premiers mots cohérents depuis un moment.

“Enfin, tu t’en aperçois”, a dit Cassie en riant et en écartant les jambes, “J’ai essayé de te faire voir toute la nuit”, a-t-elle poursuivi alors que Carl glissait un doigt dans sa chatte humide.

“Et si on allait à l’étage ? C’est plus confortable là-haut.” J’ai demandé.

Nous avons monté les escaliers et sommes entrés dans notre chambre. C’était bizarre. Nous étions sur le point de partager notre chambre privée avec quelqu’un d’autre.

“Ecoute, Carl, quelques règles d’abord.” Cassie a dit en enlevant ses vêtements. “1. Si je dis non à quoi que ce soit, c’est définitif, OK ?”

“Bien sûr.” Carl a répondu.

“Aussi, je vais probablement te dire ce que je veux que tu fasses. 2. Si Steve quitte la pièce à un moment donné, nous nous arrêtons et attendons son retour. Je ne ferai pas ça sans sa présence. D’accord ?”

“Oui.”

“3. Tu dois mettre une capote quand tu me baises. Steve ne le fera pas, mais c’est différent, c’est mon mari.”

Carl a enlevé ses vêtements pendant qu’il hochait la tête.

“Super. Maintenant, dépêche-toi de te mettre à poil. Je veux voir ce que j’ai attendu toute la nuit.” Cassie était complètement nue à présent, les mamelons de ses superbes seins se dressant au garde-à-vous, et l’humidité de sa chatte luisant.

Carl a retiré le dernier vêtement, son caleçon, et son érection s’est libérée. J’admets librement que j’ai été surpris. Carl avait une plus grosse bite que je ne le pensais. Assez longue, environ 20 cm, et plus épaisse que la mienne. Il était aussi très beau, et en regardant Cassie, j’ai vu qu’elle était presque baveuse. D’ailleurs, moi aussi. J’aurais aimé y mettre la bouche moi-même, mais c’était le spectacle de Cassie.

“Viens !” Elle a dégainé, en attrapant le pénis rigide de Carl. “Je vais aspirer la vie hors de toi !”

Elle a pris la tête de la tige de Carl dans sa bouche, et parlant d’expérience, je suis sûr qu’elle a passé sa langue autour de la partie inférieure du casque. En fait, j’ai vu le regard de Carl et j’ai reconnu la félicité que j’ai ressentie et j’ai su que c’était exactement ce qu’elle faisait. Carl a gémi doucement tandis qu’elle descendait lentement le long de l’arbre, prenant de plus en plus de sa longueur dans sa bouche chaude et humide et il a commencé à respirer plus lentement. À peu près à mi-chemin, elle a commencé à remonter jusqu’au sommet de sa queue, & en atteignant l’extrémité de son outil, elle l’a complètement retiré de sa bouche, pinçant ses lèvres pour qu’il finisse par l’embrasser. C’était une action tout en douceur et cela m’a excité de la voir lui faire ce qui me mettait habituellement sur un nuage. Elle a tourné la tête sur le côté et a commencé à descendre le long de la tige jusqu’à son sac à boules. Puis, elle est remontée jusqu’au sommet, s’est tournée de l’autre côté et a fait la même chose.

J’étais fasciné, et je dois dire que j’étais jaloux de ces deux-là. Je voulais être l’un ou l’autre dans cette scène, le suceur ou le receveur. C’est alors que j’ai réalisé que j’étais entièrement vêtu. Je me suis rapidement débarrassé de mes vêtements, ayant fortuitement opté pour le commando ce jour-là, et je me suis dirigé vers le lit, ma propre bite de 7 pouces et demi raide et menant la danse. Cassie était inconsciente de moi tout en donnant à Carl la mère de toutes les pipes comme je suis monté sur derrière elle. Elle était habituée à ce que je la baise, mais Carl serait un peu plus grand. J’ai pensé que ce serait une bonne idée de la détendre un peu pour prendre la trique de Carl. J’ai frotté la tête de ma bite de haut en bas des lèvres de sa chatte, comme elle aime.

“Oui, Steve, baise-moi pendant que je suce ce monstre.” Cassie a haleté, avant de planter à nouveau sa bouche sur la bite de Carl, cette fois en prenant autant qu’elle pouvait sans s’étouffer.

J’ai glissé la tête de mon pénis dans sa chatte bien lubrifiée et j’ai enfoncé la tige dans son canal. J’ai entendu un cri étouffé de plaisir quand elle s’est repliée sur ma queue, tout en suçant Carl pour tout ce qu’elle valait. Ma femme chérie a été baisée par les deux bouts et a clairement aimé ça. Pour info, j’aimais ça aussi. Elle avait raison, ça valait vraiment la peine qu’elle fasse des efforts. Je la baisais lentement et sensuellement et je pouvais sentir les muscles de son vagin s’agripper à ma bite alors que la tige entrait et sortait aussi doucement qu’un piston.

J’ai levé les yeux pour voir le partenaire sexuel, les yeux fermés, et je savais qu’il essayait désespérément de ne pas jouir. Ma femme, quand elle s’y met, peut faire une pipe comme personne d’autre que je n’ai jamais connu. J’ai souri, sachant ce que Carl était en train de vivre quand un cri a éclaté.

“Fuuuuck ! Merde, je vais jouir.” Carl a crié et a essayé de retirer son membre gonflé de la bouche de Cassie. Elle ne se laissa pas faire, attrapa son derrière d’une main et le tira encore plus près, réussissant finalement à l’étrangler profondément. Elle avait dit qu’elle avait l’intention de lui sucer la vie et elle le pensait. J’étais stupéfait, Cassie n’avale jamais, mais il y avait quelque chose dans cette nuit qui l’avait transformée en un animal sauvage et elle l’a maintenu pendant que son corps se convulsait, projetant son sperme dans sa bouche. Je pouvais voir son corps se secouer pendant qu’il déversait sa charge. Sept, huit, neuf fois, il a dû gicler. Ma salope d’épouse a essayé de tout prendre mais en vain, c’était trop pour elle.

Quand il a fini de se branler, elle s’est retirée de ma tige et a enlevé sa bite ramollie de sa bouche, le sperme coulant sur son menton. Elle s’est retournée pour me faire face comme ça et j’ai presque tiré ma propre charge, l’amour de ma vie était si sexy. Elle s’est tournée vers Carl.

“Ça t’a plu ?” a-t-elle demandé pour la forme, en repoussant le sperme dans sa bouche avec son doigt. Carl a juste hoché la tête et a eu l’air épuisé. “Allonge-toi là et récupère, je n’en ai pas encore fini avec toi.” Carl a fait ce qu’on lui a dit et s’est couché contre les oreillers. “Mon mari et moi allons bientôt te faire bander à nouveau.”

Mon cœur a sauté un battement. Qu’est-ce qu’elle voulait dire ? Voulait-elle que je joue avec sa bite aussi ? Elle a dû lire sur mon visage ou quelque chose comme ça, car elle m’a chuchoté “Pas encore, mon coeur, pas encore…”.

Elle s’est allongée, en pique sur le lit, sa chatte récemment libérée à la vue de Carl épuisé.

“Viens embrasser mon sexe, chéri.” J’ai fait ce qu’elle m’a demandé, embrassant ses lèvres boudinées. “Non chéri, Carl a besoin de voir. Lèche-moi d’en haut.”

La seule façon de le faire confortablement était de chevaucher son visage et de baisser le mien jusqu’à son entrejambe. C’était extrêmement bien pour moi car ça voulait dire qu’elle pouvait aussi me sucer.

“Mmmm. J’aime le goût de ma chatte sur toi.” Je savais qu’elle aimait ça. Le goût de son jus la rend toujours plus chaude. J’ai embrassé les lèvres de sa chatte à nouveau et je pouvais sentir les yeux de Carl brûler sur nous. J’ai écarté ses lèvres et j’ai léché la cavité que ma queue venait à peine de remplir. Son clitoris dépassait des plis et je l’ai encerclé avec ma langue. Sachant ce qui la fait jouir, j’ai continué à le mordiller avec mes dents et à le lécher pendant que je glissais deux doigts dans sa chatte. Elle était mouillée au delà de tout ce qu’on peut imaginer et elle laissait couler son jus de chatte comme je ne l’avais jamais vu. Une ou deux minutes après le début de mes soins, je l’ai sentie retirer ma bite de sa bouche et pousser un grand cri. Son orgasme était en route. J’ai recommencé à lécher sa chatte alors que Carl s’avançait, retirait ma main et enfonçait trois de ses propres doigts dans sa chatte trempée. J’ai levé les yeux pour voir que son érection était revenue. Cela ferait plaisir à Cassie.

Ce qui s’est passé ensuite m’a choqué, mais m’a ravi. Carl devenait audacieux. Il a retiré ses doigts, s’est avancé et a placé le bout de sa queue à l’entrée du tunnel de ma femme. Il l’a à peine touché, mais n’est pas entré en elle. Ma femme était bien dans son orgasme et n’a pas remarqué que j’avais arrêté le cunnilingus. J’ai regardé Carl, qui a souri et a hoché la tête. J’ai risqué mon bras et, d’un seul coup, j’ai léché le clitoris de ma femme, le long des plis de sa chatte et sur le haut du membre dur comme du roc de Carl. J’ai levé les yeux vers lui pour m’assurer que je n’avais pas dépassé les bornes. Il m’a souri, a encore hoché la tête et s’est retiré. Je lui ai dit à voix basse “la prochaine fois ?”. Il m’a répondu “Oh oui !”.

Je me suis levé de ma femme haletante et je l’ai embrassée.

“Il est prêt, chérie. Enfin, si tu l’es.” Je lui ai dit.

“Une seconde”, elle a haleté. “Je dois me ressaisir”.

Carl et moi nous sommes regardés pendant qu’elle se composait, en tirant la langue l’un à l’autre et en souriant. La prochaine fois allait être incroyable.

“Bien. Carl, sur le dos. J’ai besoin de ton gros truc dans ma chatte maintenant.” Cassie avait clairement récupéré. “Mais chaque chose en son temps.” Elle a fouillé dans le tiroir du lit et en a sorti un préservatif. Elle a déchiré l’emballage et a placé le bout sur l’érection de Carl. “J’espère seulement que ça ne va pas se déchirer”, dit-elle en le faisant rouler le long de sa tige.

Prenant une profonde inspiration, elle s’est mise à califourchon sur Carl. Il a tenu sa bite à la verticale, la guidant vers sa chatte, et une fois en position, elle a lentement fait son chemin vers le bas.

“Putain de merde !!! C’est énorme. Jeeze !” Je regardais à nouveau avec une attention soutenue, voyant ma belle femme empalée sur la magnifique tige de Carl. Encore une fois, j’étais jaloux de ma femme. Cela faisait des années que je n’avais pas été baisé, mais peut-être que cela allait changer, si Cassie n’y voyait pas d’inconvénient. Je me suis déplacé autour du lit et j’ai présenté ma bite à la bouche de ma femme. Elle l’a pris avec joie, en suçant la tête de la manière spéciale qu’elle fait. Sans qu’elle le sache, je pouvais sentir Carl sous elle, qui se frottait à mon scrotum et le léchait avant de se rendre un peu plus loin pour lécher mon trou du cul. J’appréciais cette sensation lorsque ma femme a cessé de me sucer.

“Chéri, je veux que tu le fasses”, a-t-elle dit de façon un peu énigmatique.

“Quoi ?”

“Le faire ! Ce que je ne veux pas faire.”

“Tu devras me le dire.” Je savais ce qu’elle voulait. Elle avait refusé assez souvent, malgré le fait que je savais qu’elle l’avait déjà fait, et maintenant, elle devait me demander, presque me supplier.

“Baise-moi ‘là’.”

“Tu veux dire ton cul ?”

“Oui. Baise mon cul. Enfonce ta bite dans mon trou de balle. Je veux vous sentir tous les deux.”

D’un côté, j’avais envie qu’elle me supplie, mais d’un autre côté, c’était du sexe anal. Je me suis levé du lit et je suis passé derrière elle. Son cul exposé pendant que Carl continuait à pilonner sa chatte était très érotique. J’ai pris le tube de gelée KY que nous gardions dans le tiroir de chevet et j’en ai versé un peu sur ma bite. J’en ai pris un peu et l’ai placé sur son sphincter. La froideur de la gelée l’a fait se crisper un peu. J’ai passé un doigt à l’intérieur pour me préparer avant le plongeon. Puis, j’ai grimpé sur le lit derrière elle et me suis placé à l’entrée de son orifice le plus secret. Je lui ai embrassé le dos et lui ai dit de se détendre avant d’enfoncer la tête. Immédiatement, je l’ai sentie serrer ma tige avec force, et j’ai senti une petite douleur.

“Détends-toi, amour de Cass, je ne vais pas te faire mal.”

“Continue, chérie, je vais bien”, a-t-elle répondu.

J’ai lentement poussé la tige dans son anus jusqu’à ce que je sois profond comme une boule. Je pouvais sentir Carl continuer à pousser dans sa chatte et je pouvais clairement sentir la pression de sa tête de bite poussant contre ma tige à travers les fines parties internes qui nous séparaient. Pendant un moment, j’ai souhaité que Cassie ne soit pas là, mais ce n’était qu’un moment.

J’ai commencé à faire glisser ma bite dans et hors de son cul et avant longtemps, Carl et moi étions entrés dans un rythme agréable entre nous qui rendait Cassie folle.

“Putain de oui.” Elle a crié. “Baisez-moi. Tous les deux. Baisez-moi jusqu’à ce que vous jouissiez. N’arrêtez pas. Oui.” C’était vraiment ma femme qui criait et se comportait comme une pute. J’adorais ça ! J’ai commencé à la baiser plus fort dans son anus tandis que Carl augmentait le martèlement de sa chatte, tous les deux semblant essayer de déchirer la membrane pour laisser nos bites se rencontrer.

Ça ne pouvait pas durer. L’intensité était bien trop forte. J’espérais seulement jouir après elle. Mon souhait a été exaucé, juste au moment où je me dirigeais vers le point de non-retour.

“FUUUUUUUUUUUUUUCKKK !!!!!!!” Cassie a crié en jouissant avec une force qui était entièrement nouvelle pour moi. Son sphincter a serré ma bite très fort, me forçant à perdre le contrôle. Je me suis déhanché une dernière fois et j’ai envoyé ma semence au fond de son rectum. J’avais l’impression de jouir des gallons, comme si ça ne voulait pas s’arrêter. Au même moment, j’ai senti Carl dans son vagin faire une forte secousse et déverser sa deuxième charge dans le caoutchouc qui le séparait du col de l’utérus et de la chatte de ma femme.

Une fois mes giclées terminées, je me suis retiré du cul de ma femme. Elle avait le visage rouge et était trempée de sueur. Presque immédiatement, mon sperme a commencé à couler de son anus, sur sa chatte et sur la bite de Carl. Cassie a roulé hors de la bite de Carl et s’est couchée à nouveau épuisée. Je me suis assis les jambes croisées face à eux deux tandis que Carl roulait le caoutchouc rempli de sperme de son pénis ramolli et le mettait dans la poubelle à côté du lit.

“Eh bien, mon amour, était-ce tout ce que tu attendais ?” J’ai demandé.

“Tout et plus encore. On peut le refaire ?” Elle a répondu.

“Certainement.” J’ai dit, tout comme Carl a également répondu “Oui, s’il te plaît.”

Cassie a ri. “Oh oui, en effet.” Puis elle s’est tournée vers Carl, l’a embrassé et a dit : “Tu sais Carl, mon chéri là-bas est bi, peut-être que la prochaine fois…”

Je l’ai coupée et j’ai répondu : “Il le sait déjà”, et en tendant la main vers lui pour lui caresser les couilles et la bite molle, j’ai continué : “et la prochaine fois, ce sera beaucoup plus amusant pour nous tous….”.

son sperme dans sa bouche